#SauvonsPrinceADP

unnamed

Isabelle a participé à la saison 11 de « L’Amour est dans le Pré » et en est revenue… végétarienne et déterminée à sauver Prince !

Actualité

C’est avec regret et une grande tristesse que nous devons renoncer aux actions pour sauver Prince. Isabelle ayant préféré retirer sa vidéo, nous n’avons plus d’argument pour continuer.
Une personne qui s’est proposée pour accueillir Prince tente toutefois, individuellement, de discuter avec Bernard mais, pour le moment, sans succès. Nous vous tiendrons au courant si un miracle se produisait…
 
Nous vous remercions chaleureusement pour avoir participé aux actions.
 
Les échecs sont toujours très durs à vivre mais pensons à Minos et Théo qui, eux, sont définitivement sous la protection de L-PEA comme le sera très bientôt, nous l’espérons, leur maman, que nous tentons actuellement de récupérer.
 
Merci à tous, le combat continue !


Communiqué de presse L-PEA – 18 novembre 2016

#SauvonsPrinceADP : Bernard refuse de négocier, en vient au racket, au chantage et aux menaces de mort envers Isabelle. Une main courante a été déposée.

Des milliers de personnes se mobilisent, inquiètent du sort de Prince, petit veau normand d’Isabelle, la « prétendante » de Bernard, dans la saison 11 de « L’Amour est dans le Pré » : Plus de 25 000 signatures sur la pétition, plus de 7000 vues sur la Vidéo d’Isabelle (You Tube + Facebook), les commentaires continuent sur la page de l’émission

Voici le triste et fin mot de l’histoire :

Cette mobilisation n’a pas échappé à Bernard qui est finalement sorti de son mutisme et a appelé une première fois Isabelle, vendredi 4 novembre dernier.

Le ton n’eut rien d’amical : Bernard est excédé. Il demande à Isabelle de stopper la mobilisation, menace de se débarrasser de Prince sous peu mais accepte toutefois de le vendre à L-PEA au prix de… 2000 euros (tout en refusant catégoriquement de parler à un responsable de l’association) !
Le prix acceptable est de 500 euros, Bernard n’en veut pas moins de 4 fois son prix !
Il est hors de question d’un point de vue éthique, pour L-PEA, de racheter Prince au-delà d’un prix normal.
Isabelle a donc renvoyé un message cordial demandant à Bernard de se montrer raisonnable et d’accepter de négocier avec la personne de l’association apte à cette démarche, rappelant qu’il est d’usage de négocier directement avec l’acheteur. Le chantage et les pressions ont alors commencé…
Bernard a alterné entre coups de téléphone agressifs et silences dédaigneux, tantôt réclamant un démenti dans la presse disant qu’il accepte de vendre Prince (ce qui fût fait), tantôt demandant à Isabelle de faire ses excuses auprès du Marché au Cadran, tantôt la menaçant de porter plainte pour harcèlement (infondé), tantôt rappelant que Prince peut partir à l’abattoir d’un moment à l’autre…
Puis, le 16 novembre, alors qu’Isabelle, épuisée et fragilisée psychologiquement par ces attaques à répétition, propose à Bernard de racheter Prince au prix de 2000 euros, ce dernier lui répond : « le prix a augmenté, il y a des préjudices, ça va être beaucoup plus cher ! ». Isabelle lui demande naturellement quel est son prix : « Lance ta cagnotte, on verra après, je te dirai », et d’ajouter en riant « de toute façon, on a vu avec le véto, on forme un groupe de taurillons qui partent à l’abattoir, Prince sera dedans».
Puis les menaces de mort suivent : « tu as remué la merde, fais attention, les employés de l’abattoir c’est pas des français, tu vas avoir de graves ennuis ! ». Suite à cette menace, une main courante a été déposée au Commissariat, le 16 novembre dans l’après-midi.

Sous la pression et les menaces, la santé d’Isabelle s’est dégradée de jour en jour. Elle ne trouve aujourd’hui plus la force de se battre. Par conséquent, afin de préserver sa santé, L-PEA est contrainte de cesser toute action. Par ailleurs, face au racket exercé par Bernard, dont les motivations nous échappent totalement, nous ne voyons plus de solution pour sauver Prince.

Comment sommes-nous arrivés à une telle situation en demandant simplement le rachat d’un veau à une personne dont c’est le métier?

Nous tenons à conclure en dénonçant l’attitude de la production de l’émission. Celle-ci expose les candidats à des traumatismes potentiels, comme ce fût le cas d’Isabelle, revenue profondément fragilisée par des évènements dont elle a été témoin durant le tournage. Rappelons que deux éleveurs de « L’Amour est dans le Pré » ont déjà été accusés ou condamnés pour « Cruauté envers animaux ». Ces faits ne sont pas anodins et aurait dû provoquer une réaction de rigueur de la part de la production. Loin de là, les candidats sont ensuite abandonnés à leur sort et à leur traumatisme. Par ailleurs, la production n’a, à aucun moment, tenté de raisonner Bernard afin de mettre un terme à la situation difficile d’Isabelle mais a préféré demander à cette dernière d’arrêter purement et simplement.

L-PEA tient toutefois à rappeler que dans l’hypothèse où Bernard se montrerait enfin raisonnable et humain, nous sommes toujours prêts à racheter Prince au prix de 500 euros et à le prendre en charge à vie.


Pourquoi ce sauvetage…

Le passage d’Isabelle à l’émission s’est conclu par une douloureuse prise de conscience vis à vis des conditions d’élevage et d’abattage des animaux. Isabelle est donc devenue végétarienne et pense, d’ores et déjà, à adopter un régime végétalien, afin de ne plus cautionner l’exploitation et la souffrance des animaux.

Durant le tournage elle a adopté un petit veau normand, Prince, acheté aux enchères. L’éleveur dont elle était la « prétendante », Bernard, l’a gardé sur son exploitation et refuse de lui donner des nouvelles. Isabelle a donc décidé de tout tenter pour le récupérer et lui sauver la vie.

Regardez cette Vidéo pour connaitre l’histoire de Prince : Cliquez ici !

Suite à un premier contact avec Isabelle dans le cadre de notre campagne contre l’Usine des 1000 Veaux, nous lui avons naturellement apporté notre soutien pour ce sauvetage. L-PEA propose de prendre en charge Prince.