Les bovins

Bessie, Minos et Théo 

La famille charolais. Minos, né aveugle, a attiré l’attention d’une voisine de l’exploitant qui a souhaité le sauver de son destin (engraissement et abattage à l’âge de 2 ans). Suite au rejet de sa mère, Bessie a pris Minos sous son aile et l’a nourri aux côtés de son fils biologique, Théo. Devenus inséparables, nous avons fait le choix de les racheter tous les deux. Puis, le jour du transfert, nous avons vécu la douloureuse expérience de devoir les séparer de leur mère. Nous nous sommes promis de revenir pour Bessie. Son nom fait référence à Bessie Rischbieth, militante de la première heure contre la pratique du gouvernement australien de prendre les enfants autochtones à leur mère. Bessie a malheureusement connu ce déchirement un nombre incalculable de fois. Âgée de 16 ans, “vache de réforme”, elle allait partir à l’abattoir. Nous avons ainsi la joie d’accueillir une belle famille réunie et protégée de toute exploitation ou d’une mort prématurée. 

Suite à ce sauvetage, dont l’éleveur a largement tiré profit, nous nous sommes résolus à ne plus racheter d’animaux afin de ne pas soutenir un système que nous combattons et duquel nous voulons précisément les sortir. 

Kiss, Sawyer, Edgar et Dio

Kiss et Sawyer, les jumeaux, ainsi qu’Edgar et Dio, ont été cédés à l’association par un éleveur en cessation d’activité qui ” ne voulait pas les voir finir assassinés dans un abattoir ” (selon ses propres termes). Des paroles à l’écho d’espoir. Une telle prise de conscience de la part d’un professionnel est la preuve que l’état de fait actuel est en train d’évoluer et un espoir de voir la libération animale approcher.  

Marguerite

La belle et douce Marguerite est arrivée en urgence au sanctuaire, suite à une menace d’euthanasie malgré son jeune âge (2 ans). Elle a été totalement imprégnée par l’humain,  nourrie au biberon dès sa naissance, elle a changé plusieurs fois de propriétaires. Elle garde une certaine tristesse vis à vis de son passé (ressenti de l’ostéopathe) et n’est pas toujours à l’aise avec ses congénères (en cause son imprégnation). Elle réclame une attention toute particulière et a constamment besoin d’être rassurée. Marguerite est née sans queue et souffre d’un problème respiratoire pour lequel nous n’avons pas encore trouvé de traitement malgré les différentes visites vétérinaires. 

Cleïa

Petite velle Salers de 6 mois souffrant d’arthrite, que l’éleveur voulait envoyer à l’abattoir, plusieurs personnes nous ont contacté afin de la sauver. Nous sommes parvenus à négocier sa cession et mettons tout en œuvre pour la guérir. Cleïa est une vraie petite guerrière qui a vite trouvé sa place dans le troupeau. Elle vivait dans une stabulation sombre, au sol bétonné, ce qui explique l’absence de poil par endroit.

Pour prendre soin d’eux, nous avons besoin de votre aide !