Les bovins

Bessie, Minos et Théo : La famille charolaise !

Minos, né aveugle, a attiré l’attention d’une voisine de l’exploitant qui a souhaité le sauver de son destin (engraissement et abattage à l’âge de 2 ans). Suite au rejet de sa mère, Bessie a pris Minos sous son aile et l’a nourri aux côtés de son fils biologique, Théo. Devenus inséparables, nous avons fait le choix de les recueillir tous les deux. Puis, le jour du transfert, nous avons vécu la douloureuse expérience de devoir les séparer de leur mère. Nous nous sommes promis de revenir pour Bessie. Son nom fait référence à Bessie Rischbieth, militante de la première heure contre la pratique du gouvernement australien de prendre les enfants autochtones à leurs mères. Bessie a malheureusement connu ce déchirement un nombre incalculable de fois. Âgée de 16 ans, “vache de réforme”, elle allait partir à l’abattoir. Nous avons ainsi la joie d’accueillir une belle famille réunie !

Bessie est maintenant la matriarche du troupeau, toujours aussi proche de ses fils.  

Suite à ce sauvetage, dont l’éleveur a largement tiré profit, nous nous sommes résolus à ne plus racheter d’animaux afin de ne pas alimenter un système contre lequel nous luttons. 

Kiss, Sawyer, Edgar et Dio

Kiss et Sawyer, des jumeaux, ainsi qu’Edgar et Dio, tous de races jersiaises, ont été cédés à l’association par un éleveur en cessation d’activité qui ” ne voulait pas les voir finir assassinés dans un abattoir ” (selon ses propres termes). Des paroles à l’écho d’espoir. Une telle prise de conscience de la part d’un professionnel est la preuve que l’état de fait actuel est en train d’évoluer et constitue un espoir de voir la libération animale approcher.  

Il faut savoir que les veaux mâles jersiais, comme beaucoup de mâles dans l’industrie laitière, n’ont aucune valeur économique et sont souvent tués (rarement par euthanasie du vétérinaire…) dès leurs premiers mois de vie. 

Marguerite

La belle et douce Marguerite est arrivée en urgence au sanctuaire, suite à une menace d’euthanasie malgré son jeune âge (2 ans). Elle a été totalement imprégnée par l’humain,  nourrie au biberon dès sa naissance, elle a changé plusieurs fois de propriétaire. Elle garde une certaine tristesse vis à vis de son passé (ressenti de l’ostéopathe) et n’est pas toujours à l’aise avec ses congénères (en cause son imprégnation). Elle réclame une attention toute particulière et a constamment besoin d’être rassurée. Marguerite est née sans queue et souffre d’un problème respiratoire (trachéite chronique) pour lequel il n’existerait pas de traitement (nous gardons espoir d’en trouver un…). Elle est suivie par l’ostéopathe tous les 6 mois, afin de la soulager des douleurs que peut occasionner sa gêne respiratoire.  

Cleïa

Jeune velle Salers de 6 mois lorsque nous l’avons recueillie, elle souffrait d’arthrite à l’un des genoux postérieurs. L’éleveur voulait l’envoyer à l’abattoir, plusieurs personnes nous ont contacté afin de la sauver. Elle a reçu, à son arrivée au sanctuaire, le meilleur traitement actuel pour “l’arthrite du veau”, ce qui lui permet aujourd’hui de ne plus en souffrir, bien que son genou soit déformé de manière irrémédiable. Elle est suivie par l’ostéopathe tous les 6 mois. Malgré les piqûres douloureuses du traitement contre l’arthrite, que nous avons dû lui administrer régulièrement pendant plus de 15 jours, elle est restée très proche de nous. Elle a également trouvé son âme sœur dans le troupeau : le timide Edgar. 

Kirsten

Veau de race jersiaise, âgé d’à peine 3 mois à son arrivée. Son avenir le plus probable était de finir en “veau de lait”, c’est à dire abattu à l’âge de 6/8 mois. Il a été sevré avant ses 3 mois, avec de la paille notamment. Ce sevrage très précoce et contre nature ainsi que ses conditions de détention en exploitation, ont provoqué une anémie, un parasitage important et  la teigne bovine. A force de soins et grâce à une bonne alimentation, il a repris des forces et se montre aujourd’hui plein de vie. 

Nous lui avons donné le nom de Kirsten en hommage à l’auteure et militante de la cause animale, Sabrina Chaix (dont Kirsten était le pseudo), qui nous a quitté prématurément au mois de juin 2016. Ses parents ont souhaité honorer sa mémoire et poursuivre son combat en faveur de la libération animale, en soutenant le sauvetage d’un veau. 

Pour prendre soin d’eux, nous avons besoin de votre aide !