Les Volailles

Les coqs

  • Rescapés d’élevage (poulets de chair), naissances accidentelles chez des militants ne pouvant les garder… 

Les poules 

  • Les poules sont, pour la plupart, rescapées d’élevage intensif, de la marque “Matines” notamment. Leur adaptation à une vie normale est longue. Elles ont peur de la lumière, de l’espace et sont en état de choc lors des premiers jours. Les blessures physiques et psychologiques mettent un certain temps à guérir et elles demeurent fragiles toute leur vie durant, même en leur prodiguant les meilleures soins et une bonne alimentation. Cependant, cela ne les empêche pas de vivre de manière épanouie et de profiter pleinement de la liberté car nous veillons sur elles quotidiennement et sommes prêts à tout moment à les emmener au cabinet vétérinaire ou à les installer à l’infirmerie du refuge le temps d’une convalescence ou de soins ponctuels. 

Les dindes 

  • Les dindes actuellement présentes au sanctuaire ont vécu l’élevage intensif : l’enfer d’un hangar surpeuplé (6 dindes de 6 kg / m²), le piquage, les griffures, la gangrène, les cadavres putréfiés sous leurs pieds… Pour être ensuite “ramassées” brutalement puis de nouveau entassées dans des cages, à plus de 10 000 sur un camion, direction l’abattoir, où beaucoup d’entre elles arrivent plus mortes que vives.

Lucien(ne) et Rosa présentaient de l’arthrite et des hématomes aux coudes ainsi qu’une perte de plumes importante. Elles étaient les plus chanceuses… Louison, souffrant d’une fracture ouverte au coude, compliquée d’une gangrène jusqu’à l’épaule, a dû être amputée de l’aile droite. Aung San, nécrosée sur 90 % du corps a dû recevoir des soins intensifs (similaires à ceux des grands brûlés) durant plus de deux mois. Le destin s’est malheureusement acharné sur elle, car elle est décédée un mois après sa sortie de l’infirmerie, des suites de l’attaque d’un prédateur.

Soins de Aung San

Soins de Louison

Les dindes aujourd’hui

Pour prendre soin d’eux, nous avons besoin de votre aide !

La vie d’une dinde exploitée