Little Phœnix Sanctuary

Nos parrains

Henry-Jean SERVAT

Ecrivain et journaliste, fervent défenseur des animaux, il est aux côtés de L-PEA depuis les débuts de l'association. C'est naturellement qu'il a accepté de devenir le parrain de notre sanctuaire. Une personnalité engagée, au grand cœur et dont le soutien nous est cher.

Res Turner

Double champion du monde de la compétition rap End of the Weak, vainqueur de nombreux battles-Mc, finaliste de “La France a un incroyable talent” sur M6, graffeur, speaker, vegan, engagé aussi bien dans la cause animale que humaine, il apporte sa force et sa verve à l'association, dans la difficile entreprise de création d'un sanctuaire.

Little Phœnix Sanctuary est un grand projet de sanctuaire à destination des animaux dits “d’élevage”, sur le département de la Creuse. 

Face aux souffrances inhumaines engendrées par l’élevage et l’abattage de ces animaux, nous avons décidé d’agir concrètement en créant une structure d’accueil, en parallèle des autres activités de l’association (campagnes d’opposition, enquêtes et procédures pour maltraitance, sensibilisation…). Ce lieu d’exception, au sein de l’un des premiers départements d’élevage français, sera le lieu de libération et d’épanouissement de nombreux animaux, mais également un espace naturel préservé de toute activité de chasse, de culture ou de déforestation.

Une terre libre dédiée à la nature et à l’asile d’animaux condamnés par notre système et l’évolution des consciences actuels.

Rosa a échappé à une mort effroyable en abattoir et a survécu à l'élevage intensif. Elle vit maintenant en liberté et est la plus câline de nos protégés.
Sawyer, veau considéré par l'industrie laitière comme un déchet. Il est aujourd'hui un animal joueur et attachant.

Sanctuaire antispéciste, chaque individu, quelque soit son espèce, reçoit les meilleurs soins et une écoute attentive à ses besoins biologiques comme personnels. Notre mission est de leur offrir la liberté la plus étendue, un confort maximal et un soutien sans faille durant leur long chemin de guérison, qu’il soit physique et/ou psychologique. A Little Phœnix Sanctuary, c’est l’humain qui se met au service de l’animal, s’adapte à lui et à sa personnalité. 

Cela se concrétise par un travail avec plusieurs vétérinaires et ostéopathe (actuellement trois vétérinaires et un ostéopathe), la mise en oeuvre de tous les soins même les plus coûteux, quelque soit l’espèce ; des abris en dur, adaptés et confortables pour tous, une superficie la plus étendue possible (dont l’objectif est théorisé selon le territoire naturel de l’espèce),  si la liberté totale n’est pas possible, ce qui demeure le but que nous souhaitons atteindre pour un maximum d’animaux. C’est également la création d’aménagements dans le cas de handicaps, l’enrichissement du milieu pour un maximum de bien-être et d’occupations quotidiennes, des séances de training pour habituer les animaux aux soins et minimiser leur stress, des référents humains stables et compétents (l’objectif étant d’employer des soigneurs en contrat à durée indéterminée). Enfin, une organisation rigoureuse, avec des protocoles sanitaires stricts, des zones de quarantaine et de convalescence confortables et sécurisées, pour chaque espèce. 

Des soins vétérinaires optimaux pour toutes les espèces. 

Nous souhaitons également constituer un conseil scientifique composé de vétérinaires, de soigneurs animaliers, d’éthologues et de toutes autres spécialistes qui pourront nous permettre d’améliorer sans cesse l’accueil et les soins des animaux : Rédaction de protocoles de soins, ajustement des repas, amélioration des abris et enrichissements… 

Les bovins, des êtres uniques aux multiples facettes

Parmi les espèces exploitées en faveur de la consommation humaine, il en est une qui n’a que peu de chances de trouver un refuge en France, c’est celle des bovins. Animaux de gros gabarit, dont l’accueil nécessite de solides compétences et des installations coûteuses, très peu de structures leur sont adaptées. C’est pourquoi, nous souhaitons tout mettre en œuvre afin d’ouvrir une nouvelle possibilité pour leur sauvetage. C’est pour cette raison, en plus de la volonté de soustraire un maximum de terres aux activités agricoles, cynégétiques et forestières non durables, que le site du sanctuaire devra être le plus étendu possible et ne cessera pas de s’étendre, tant que la possibilité nous en sera donnée. Concernant l’accueil des bovins, il faut compter, pour être autonome, 1 hectare par bovin. Une fois notre capacité de travail atteinte auprès des animaux, nous pourrons convertir les terres restantes en zones de nature préservée de toute activité humaine. 

Pourquoi La Creuse ? 

Le département de la Creuse, situé en région Nouvelle-Aquitaine (anciennement Limousin) est l’un des premiers départements d’élevage français, comptant des élevages extensifs et intensifs de bovins mais également beaucoup de ferme-usines pour les poules, canards… C’est également un très beau département dont la nature est encore, par endroits, préservée (bien que la déforestation gagne énormément de terrain). 

Elevage extensif ne veut pas dire “assurance d’une vie meilleure pour les animaux”, beaucoup de troupeaux sont laissés à l’abandon, sans soin ni nourriture. Il est très difficile d’agir, en cause l’omerta qui règne au sujet de l’élevage.

C’est un lieu de choix pour une association qui veut faire évoluer les mentalités et sensibiliser la population, en promouvant un autre regard sur ces animaux “communs” et pourtant si méconnus dans leur nature profonde et leurs capacités cognitives. 

Nous travaillons ici depuis plusieurs années et sommes bien ancrés localement, avec une couverture médiatique efficace de nos actions. Cela nous permet de toucher une population encore peu atteinte par la sensibilisation des grandes associations. 

Le projet va au-delà de l’accueil des animaux, nous souhaitons mettre en oeuvre des actions destinées à toucher un public large, de manière originale. 

Le Réseau LPS

« Art et Sciences pour un traitement éthique des animaux dits « d’élevage », leur réhabilitation en tant qu’êtres sentients et l’arrêt de leur exploitation »

Le but est de rassembler autour du sanctuaire des scientifiques et des artistes, souhaitant agir pour la libération animale, en mettant leurs compétences au service de cette cause. Cela peut-être de manière virtuelle ou physique, sur place ou à distance. Sur place, la règle est le respect absolu des animaux. Le réseau permet l’émulation d’idées et de créations, de collaborations…

Imaginez un peintre installé en pleine nature face à un troupeau de vaches ou un dessinateur, un photographe, suivant discrètement des poules dans leurs pérégrinations. Leur vision d’artiste donnera une autre dimension à la personnalité et à la beauté de ces animaux. Certaines œuvres  pourront être ensuite vendues au profit du sanctuaire, des expositions organisées, offrant un autre regard sur ces espèces, tout en proposant des animations locales soutenant le message antispéciste. L’objectif est de proposer un événement mensuel (conférence, exposition, concert, projection…), en plus des actions de sensibilisation de rue.  

La science peut, elle aussi, venir au secours de ces animaux en prouvant leurs capacités cognitives et leur intelligence. Le résultat d’études in situ (sur le terrain, à distance des animaux, sans interaction, sur le modèle des études éthologiques en faune sauvage) permettra de faire évoluer la recherche éthologique concernant ces espèces et d’apporter des preuves tangibles pour faire évoluer la législation.

Cela peut également donner lieu à des conférences et à un partage de ces connaissances avec le grand public. 

Promouvoir un autre rapport aux animaux par une entraide mutuelle animal-humain.

Nous étudions la possibilité de travailler avec des associations et professionnels accompagnant les personnes autistes, dans le cadre de la zoothérapie. En effet, certains des animaux recueillis, contrairement à la majorité, demandent un contact humain régulier. Dans le cas de ces animaux, et seulement celui-ci, nous pourrions envisager la mise en contact avec des humains nécessitant une présence animale réconfortante. La règle serait toujours la même, aucune contention de l’animal qui doit pouvoir choisir de se soustraire au contact ou de rester. 

Sensibilisation

Des visites gratuites seront organisées à des moments donnés de l’année. L’idée est de présenter les animaux dans un cadre naturel, à distance (sans possibilité d’interaction, de perturbation ou de nourrissage), avec un guide qui donnera des explications sur chaque espèce, tout en décrivant les conditions de détention en élevage, pour ainsi mettre en exergue l’immoralité de ces dernières. Nous voulons redonner à ces espèces l’animalité que l’industrie leur nie, nous voulons donner aux consommateurs l’occasion de voir ces animaux autrement. 

Participez au plan d’urgence actuel pour sauver le sanctuaire et nous aider à atteindre tous nos objectifs !