Les caprinés

Bouky

Bouky vivait seul, attaché à une courte chaîne, nourri par des personnes compatissantes. Les caprins sont des animaux sociaux, seuls, l’ennui est un calvaire pour eux. Il n’avait pas été en contact avec des congénères depuis sa naissance. A son arrivée au sanctuaire, il a échangé longuement avec les chèvres des enclos à proximité.

Voir la vidéo de sa libération et de son arrivée au sanctuaire.

Eliott et Celeborn

Eliott et Celeborn sont arrivés au sanctuaire à l’âge d’une semaine. Il étaient vendus sur Le Bon Coin “pour consommation”. S’ils demeuraient “invendus”… c’était l’engraissement puis l’abattoir. S’ils avaient été vendus à un particulier, ils auraient été égorgés dans un recoin… 
Eliott souffrait de diarrhée et avait du mal à prendre le biberon, s’y reprenant à plusieurs fois, ne trouvant pas la tétine… Une hernie ombilicale est apparue quelques semaines plus tard, il a fallût l’opérer en urgence. Les boucles aux oreilles, posées à un âge trop précoce ont provoqué des infections.  
Aujourd’hui, ils se sont parfaitement remis de ce mauvais départ dans la vie. Ils sont en bonne santé et épanouis, libres. 

Pour prendre soin d’eux, nous avons besoin de votre aide !

Albert et Albertine

Ils sont arrivés au refuge suite au décès de leur gardien.  Des voisins menaçaient de les manger, moins d’une semaine après le drame. L’association partenaire, La Griffe (Clermont-Ferrand), a tout mis en oeuvre pour les protéger et les déplacer au plus vite. Nous avons ainsi répondu à leur appel pour une solution d’accueil. Albertine nous a malheureusement quitté le 30 avril 2018.

Pour prendre soin d’eux, nous avons besoin de votre aide !

Cahuet

Elle nous a été confiée par une bénévole de la SPA de Brive (19) où elle se trouvait en fourrière. Elle a été trouvée errante sur un parking et la SPA n’était pas adaptée pour l’accueil de cette espèce. Son arrivée fût un soulagement car Albert, seul depuis 1 mois, se remettait très difficilement du décès de sa compagne. D’une taille similaire et d’un caractère très doux, Cahuet a su se faire accepter et soulager la peine d’Albert. 

Pirou

Elle nous a été confiée par ses anciens gardiens. Fugueuse, elle vivait à la chaîne. Elle se montre également agressive envers tous les animaux et les humains, seuls les poules et coqs peuvent partager son espace de vie. Son accueil a nécessité des aménagements spéciaux et la mise en place de rituels quotidiens pour l’habituer au nettoyage, repas, en toute sécurité. Nous sommes heureux de l’avoir accueillie au sanctuaire où nous mettons tout en œuvre afin qu’elle puisse s’épanouir. Son caractère l’aurait certainement condamnée dans beaucoup d’autres endroits. A L-PEA, les animaux sont libres d’êtres eux-mêmes, qu’ils soient doux, joueurs ou… grincheux !

Boubou

Il vivait dans la “Maison de l’horreur” (voir le communiqué de presse et la vidéo du sauvetage). Lorsque nous l’avons recueilli, il tremblait de peur. Peu à peu il a repris confiance en l’humain et a adopté sa cabane douillette pour un repos nécessaire. Il nous a quitté le 17 mars 2020.

Câlinette 

Elle nous a été confiée par sa gardienne qui l’a elle-même sauvée de maltraitance. Suite à de graves problèmes personnels elle n’a eu d’autre choix que de faire appel à une association pour la prendre en charge.

Câlinette garde des séquelles de son passé, tout comme Boubou, avec une ancienne luxation de la hanche provoquant un handicap irrémédiable à la patte antérieure droite et un déplacement du bassin. Elle souffre d’arthrose et doit recevoir des soins ostéopathiques tous les 6 mois.

Elle porte très bien son nom, étant d’une douceur sans égale. Elle est très attachée à l’humain, malheureusement davantage qu’à ses congénères, conséquence d’une imprégnation dès son plus jeune âge. Pour s’épanouir, elle a besoin d’un contact direct et permanent avec l’humain, un terrain plat en raison de son handicap et la proximité d’autres caprins mais non directe car ils la persécutent. Cela pourra évoluer, suivant les futurs sauvetages de chèvres ou de moutons, l’un d’eux lui correspondra peut-être.

Pour prendre soin d’eux, nous avons besoin de votre aide !