SOS pour le sanctuaire !

Le sanctuaire est en danger, vous pouvez nous aider à le sauver !

Chaque don sera la pierre d’un édifice sur lequel repose des dizaines de vies mais également toutes celles de ceux que nous pourrons sauver à l’avenir !

Nous accueillons actuellement plus de 50 animaux, sur trois sites. 

  • Le « Refuge » : Lieu d’accueil des « petits animaux » (cochon, chèvres, volailles, chats, chien), il est constitué d’une maison et d’un terrain de 2500 m², en location.
  • Le pré des bovins : Situé à 30 kilomètres du premier site, il s’agit d’un prêt à titre gratuit. Il présente une superficie de 3 hectares et n’a aucune source d’eau (nous devons acheminer 500 à 600 litres d’eau quotidiennement). 
  • Le pré des ânes : Situé à 60 km du « Refuge », nous disposons de 2,5 hectares, en location. 

Découvrez ce que nous avons déjà accompli, en vidéo !

Tous les animaux que vous verrez sont nos pensionnaires actuels, les sauvetages que nous avons réalisés et les installations que nous avons créées sur les sites actuels. 

Pourquoi sommes-nous dans l’urgence ?

  • Aspect sanitaire

Pour maintenir une situation sanitaire stable vis-à-vis du parasitisme, les animaux doivent changer de terrain régulièrement. Nous ne disposons plus d’un espace suffisant pour cela.
La gestion du fumier est également un problème. Privés de toute possibilité de mécanisation (surface et topographie du terrain), cela requiert un long travail physique qui va également atteindre ses limites vis-à-vis de l’espace.
Les installations n’étant pas durables et réalisées en s’adaptant au terrain, cela complique le suivi d’un bon protocole sanitaire.

  • La répartition des animaux sur des sites distants

La charge mentale et physique que représente l’entretien de trois sites d’accueil distants, les soins aux animaux sur chaque site, en système D et sans installation durable, est intenable sur le long terme. Cela suggère deux fois plus de temps, d’énergie et de travail pour chaque tâche. Il est impossible de tenir dans ces conditions au-delà d’une certaine période. Le travail quotidien du président de l’association représente, à l’heure actuelle, l’équivalent de deux postes à temps plein, sans jour de congé.

  • Des frais trop élevés

Nous ne pouvons envisager de fonctionner de cette manière sur le long terme pour une simple question de bon sens. Si chaque tâche représente deux fois plus de temps, chaque dépense est également multipliée. Autant, cela est légitime pour les débuts d’un projet mais représente, à longue échéance, une perte financière insensée pour la cause.

  • Ne pas évoluer maintenant, c’est tout condamner à terme

Lorsque nous avons lancé le projet, nous savions devoir y consacrer toute notre énergie, et ainsi ralentir notre travail vis-à-vis des autres objectifs (campagnes d’opposition, sensibilisation…) mais cela de manière ponctuelle. Demeurer dans cette situation, c’est tout condamner à terme, le sanctuaire, comme l’association.

  • L’accueil des bovins est incertain

Le terrain qui nous est prêté est une solution ponctuelle
La superficie demeure insuffisante pour assurer la pâture des animaux et une bonne gestion du parasitisme.
Nous avons déjà dû transférer le troupeau et les équipements, une première fois. Le site actuel est le second que nous occupons depuis l’accueil des bovins par l’association. Le premier déménagement a été extrêmement difficile à réaliser et très coûteux (1425,60 euros), en plus d’infliger un stress important aux animaux. Nous ne pouvons raisonnablement renouveler cette expérience si ce n’est pour un site définitif. 

NOS ATOUTS

Financièrement autonomes dès la première année (grâce aux parrainages mensuels et moyenne des dons ponctuels) avec une structure adaptée à nos besoins et un minimum de 10 hectares de terrain.

Soutien des grandes fondations et associations françaises œuvrant pour la protection animale (Fondation Brigitte Bardot, association L214, Fondation LUSH…).

Déduction fiscale à hauteur de 66 % pour toute donation à l’association.

LES défis à relever pour sauver le sanctuaire

1) Rassembler la somme de 8540 euros (soit 7 mois d’alimentation des bovins), délai défini pour un plan d’urgence de novembre 2019 à mai 2020 en vue de sauver et de pérenniser le sanctuaire. Ce délai correspond au travail de fond que nous devons effectuer pour la rédaction de supports à destination des mécènes. FAIT √

2) Augmenter le nombre de parrains/marraines et gardien(ne)s, qui sécurisent l’avenir tout entier du projet. Actuellement 130 soutiens, EN COURS

3) Achat d’une structure adaptée, avec 10 hectares de terrain minimum : Un espace habitable sans travaux à prévoir, une grange pour le stockage du foin et de la litière pour l’hiver, idéalement une stabulation et/ou des boxes, 10 hectares minimum (besoin des animaux actuellement présents) de pâture attenants aux bâtiments avec source d’eau. ULTIME DÉFI Á RELEVER POUR ASSURER L’AVENIR DU SANCTUAIRE !

BUDGET

Objectif premier : 350 000 euros – RECONVERSION D’UN ENCLOS DE CHASSE EN SANCTUAIRE

Dans notre recherche, une annonce a particulièrement attiré notre attention : un enclos de chasse. L’on peut dire que toute activité de chasse est cruelle en soi mais, dans le cas des enclos de chasse, l’on atteint des sommets. Les animaux se trouvent dans un parc fermé où ils n’ont aucune chance de s’échapper. Très souvent élevés à la main, ils sont habitués à l’humain qui, un jour les nourrit, le lendemain va les tuer. Ces enclos servent également à l’entraînement des chiens de chasse.

Une phrase, tirée du site d’un enclos de chasse creusois en activité, résume en quelques mots le massacre dont ces lieux font commerce : « Il y a un fond de gibier de faisans sauvages, perdrix, lapins…Cependant pour bien s’amuser, il faut lâcher du gibier… »

Reconvertir ce lieu en sanctuaire serait hautement symbolique et permettrait de libérer cette terre vouée à l’exploitation animale, tout en protégeant les animaux s’y trouvant. Tous ces animaux sauvages, qui y ont établi leur territoire et sont condamnés à périr sous les balles, pourraient être sauvés.  

OBJECTIF MINIMAL : 200 000 euros

Après étude des annonces et des prix actuels de l’immobilier, nous avons pu définir qu’un montant de 200 000 euros était garant de l’achat d’une structure correspondant à nos besoins.

CHIFFRES-CLÉS

  • Un don de 50 000 euros représente 17 000 euros après déduction fiscale (dans la limite de 20 % du revenu imposable).
    Participation de 7 personnes pour atteindre l’objectif premier.
  • Un don de 30 000 euros représente 10 200 euros après déduction fiscale (dans la limite de 20 % du revenu imposable).
    Participation de 12 personnes pour atteindre l’objectif premier.
  • Un don de 20 000 euros représente 6800 euros après déduction fiscale (dans la limite de 20 % du revenu imposable).
    Participation de 18 personnes pour atteindre l’objectif premier.
  • Un don de 10 000 euros représente 3400 euros après déduction fiscale (dans la limite de 20 % du revenu imposable).
    Participation de 35 personnes pour atteindre l’objectif premier.
  • Un don de 5000 euros représente 1700 euros après déduction fiscale (dans la limite de 20 % du revenu imposable).
    Participation de 70 personnes pour atteindre l’objectif premier.
  • Un don de 1000 euros représente 340 euros après déduction fiscale (dans la limite de 20 % du revenu imposable).
    Participation de 350 personnes pour atteindre l’objectif premier.

ENVOYEZ UNE PROMESSE DE DON !

Vous n’envoyez pas d’argent avant d’être certain(e) que l’objectif soit atteint. Une fois l’objectif réalisé, nous vous en informerons, puis procéderons aux premières démarches nécessaires à l’acquisition du bien. Enfin, nous appellerons tous les donateurs à effectuer leur donation. 

Progression des promesses de don vers l'objectif de 350 000 euros
1.26%
Pour nous venir en aide durant ce moment difficile, vous pouvez faire un don dès maintenant !

Réduction fiscale de 66 % –  Ex : 100€ = 34€ après déduction

Chèque : L-PEA, 1 rue de l’Ecole 23200 St Avit de Tardes – Virement : sur demande à lpea.officiel@gmail.com

Pour aller plus loin…

Devenez Parrain/Marraine d’un animal du sanctuaire et vivez une immersion dans le monde de son espèce ! 

Devenez Gardien(ne) du sanctuaire et apprenez tout du quotidien des pensionnaires et de leurs mondes !